Accident, hémorragie ou fracture

Accident, hémorragie ou fracture


Accident, hémorragie ou fracture

Attention, il ne faut jamais donner des antalgiques humains tels que l’aspirine® (acide acetylsalicylique), le doliprane® (paracétamol), l’advil® (ibuprofène) et leurs dérivés à un chien. Ils entraînent des intoxications très graves voire quelquefois mortelles. Votre vétérinaire peut parfois en utiliser certains mais il saura vous donner la dose exacte à respecter.

L’accident

En cas d’accident, vous devez prendre quelques précautions afin d’éviter l’aggravation de l’état de votre chien:

1. Si votre chien ne peut plus bouger tout en étant conscient :
Il se peut que la colonne vertébrale soit atteinte. Vous devez donc absolument éviter de le déplacer. Laissez-le dans la position dans laquelle il est. Si vous devez le transporter, essayez de le faire en conservant sa colonne bien droite (en le faisant glisser sur une planche de bois par exemple).

2. Si votre chien se déplace mais paraît choqué :
Placez votre chien au calme dans un endroit où il fait chaud. Proposez-lui à boire par très petites quantités à la fois. Ne jamais le forcer. Ne prenez jamais l’initiative de lui donner un médicament, vous pourriez lui faire plus de mal que de bien.

Quoi qu’il en soit, après un accident, il est fondamental qu’un vétérinaire examine votre chien assez rapidement afin de déterminer s’il y a des lésions internes.

Conseils utiles :

  • Pour diminuer les risques d’accident de la voie publique, vous devez tenir votre chien en laisse lors de vos promenades (cette mesure est d’ailleurs obligatoire).
  • Si vous possédez un jardin, pensez à poser un grillage assez haut et enfoui dans le sol, le chien est un animal qui saute haut (jusqu’à deux mètres pour certains) et qui creuse facilement.
  • Nous vous conseillons également de prendre une assurance responsabilité civile pour vous couvrir en cas de dégâts ou d’accidents provoqués par votre chien.

Les hémorragies

Une hémorragie est une perte de sang, elle est souvent très grave et peut conduire rapidement à la mort de l’animal.
Il existe trois types d’hémorragies :

1. L’hémorragie externe, c’est-à-dire que le sang s’écoule par une plaie visible :

  • Si le saignement n’est pas très important, vous pouvez essayer d’arrêter les saignements en comprimant la plaie, par exemple avec des compresses stériles ou un tissu propre. Si le saignement s’arrête au bout de 5 minutes, l’hémorragie est finie. Cependant, il est tout de même recommandé de consulter un vétérinaire afin qu’il désinfecte et suture la plaie.
  • Si le saignement est important, vous pouvez poser un bandage compressif (serré) en amont de la plaie en attendant de voir le vétérinaire.
    Dans ce cas, il faut :
  • surveiller les fonctions vitales du chien: les muqueuses doivent rester roses, la respiration doit être régulière.

  • calmer le chien et l’empêcher de faire des efforts ou de trop bouger, ce qui aggraverait l’hémorragie.

Dans tous les cas, si l’hémorragie ne s’arrête pas très rapidement (moins de cinq minutes) vous devez absolument consulter un vétérinaire qui fera le nécessaire.

2. L’hémorragie extériorisée :
Lorsque le sang sort par un orifice naturel : nez, bouche, anus, vagin, orifice urinaire. Il faut se rendre très rapidement chez un vétérinaire car ce genre de problème nécessite des soins d’urgence que seul le vétérinaire peut dispenser. Ces problèmes nécessitent également des examens complémentaires afin de trouver l’origine de l’hémorragie.

3. L’hémorragie interne :
Le sang ne sort pas mais s’accumule dans ne cavité interne: abdomen, thorax, tête. Ces hémorragies sont fréquentes après un choc violent (accident de la voie publique par exemple) et sont impossibles à détecter extérieurement. Les seuls signes visibles sont une pâleur des muqueuses de l’animal, des difficultés respiratoires ainsi qu’une fatigue mais ces signes apparaissent quand le chien a déjà perdu beaucoup de sang. C’est pourquoi, il faut toujours consulter un vétérinaire après un choc violent pour vérifier l’absence de lésions internes et d’hémorragies.

Les fractures

On peut suspecter une fracture des membres lorsqu’un animal boîte sans poser la patte par terre (boiterie avec suppression d’appui). Le membre fracturé possède souvent une allure bizarre, sa position n’est pas normale. En outre, le membre est souvent gonflé et l’animal ne peut pas le bouger.
Les fractures du bassin sont moins évidentes à observer. C’est pourquoi, il ne faut jamais forcer un chien couché à se relever car on peut aggraver une fracture du bassin. Le mieux est de le déplacer à l’aide d’une planche comme dans le cas des accidents.

1. Dans le cas d’une fracture fermée :
Si la fracture se situe au niveau d’une patte ou du bassin, évitez de faire bouger la zone concernée. N’essayez pas d’immobiliser vous-même le membre, vous risqueriez d’aggraver les choses. Laissez la patte dans la position que votre chien a choisi, c’est celle qui est la moins douloureuse pour lui.

2. Dans le cas d’une fracture ouverte :
L’os fracturé est en communication avec l’extérieur par une plaie. Il ne faut absolument pas toucher la plaie car on risque d’infecter l’os ce qui est très grave.

En cas de fracture, une visite immédiate chez le vétérinaire s’impose car les conséquences d’une fracture peuvent être très graves pour l’animal.

Conclusion

Lors d’un accident, vous devez impérativement consulter un vétérinaire après avoir effectué les premiers gestes. En cas de choc ou d’hémorragie, des soins intensifs devront être effectués. Plus vite ils seront mis en œuvre, plus vous aurez des chances que votre chien récupère rapidement et sans complication. Sachez qu’un état de choc peut apparaître plusieurs heures après un accident.
Donc même si votre chien semble bien aller,
voir son vétérinaire peut le sauver car celui-ci pourra détecter les signes avant-coureurs d’un problème de santé et il évitera ainsi tout risque d’aggravation.



Passionné dès le plus jeune âge par l’univers des chiens, Yves Duchêne a voyagé au cours des trois dernières décennies afin de trouver des réponses à ses questions en ce qui concerne le monde canin. Au cours des 15 années où il a vécu en Europe, il a développé et expérimenté la méthode qu’il nous propose. Il a d’ailleurs constaté que, bien souvent, le maître est celui qui a le plus besoin de soutien et d’encadrement.



Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *