Les aboiements en l’absence des propriétaires

Les aboiements en l’absence des propriétaires

Les aboiements en l’absence des propriétaires

 

Les causes

 

Les aboiements en l’absence des propriétaires peuvent avoir plusieurs origines. Les origines principales sont les suivantes:

 

L’ anxiété

 

Dans ce cas, le chien anxieux pleure dès qu’il est séparé de ses propriétaires. Les aboiements se rapprochent alors de plaintes et de pleurs.
Le chien anxieux s’apaise en présence de ses maîtres mais quand il est séparé d’eux, il est en pleine détresse, donc il aboie. Par ailleurs certains chiens stressés détruisent ce qui les entoure et font leurs besoins partout lorsque leur maître est absent.

L’anxiété chez le chien peut avoir des causes très diverses comme:
-> une anxiété de séparation,
-> une anxiété liée à des peurs importantes (phobies). La peur peut aussi faire aboyer certains chiens qui sont toujours en alerte et jappent au moindre bruit ou mouvement dans le voisinage.
-> une anxiété due à une hyperactivité. Il s’agit souvent de chiots qui ont été séparés avant l’âge de deux mois de leur mère et qui sont très réactifs à ce qui les entoure. Ces chiots sont généralement très nerveux, infatigables et hyper-actifs.

 

Une sociopathie

 

Le chien a du mal à se situer au sein de sa famille du point de vue hiérarchique.
Le chien a des prérogatives de dominant et il croit « être le chef ». Ces aboiements se rapprochent plus de grognements, pour montrer son mécontentement. Un chien adulte peut également japper pour protéger son territoire (jardin, appartement, voiture). Dans ce cas, on parle d’agressivité territoriale.

 

Les solutions

 

En ce qui concerne l’anxiété

 

Il faut traiter à la fois la cause et les effets, c’est-à-dire qu’il va falloir rééduquer le chien, supprimer son anxiété et rediriger les manifestations de son anxiété (aboiements, destructions,…). Il faut éviter de juste le punir sans traiter son anxiété car il risque d’être encore plus angoissé. Si le chien souffre d’une anxiété de séparation, c’est en général qu’il est hyperattaché à ses maîtres.
L’attachement est un lien apaisant qui lie le chien à un objet ou à un être particulier. Il débute avec la mère puis l’attachement du chiot se fait pour un ou plusieurs membres de sa famille d’accueil.
Le traitement repose sur une rééducation comportementale supportée par un professionnel comportementaliste, il faut :

1. Rééduquer le chien comme le fait la mère au moment du sevrage. Il faut apprendre au chien à se détacher de soi, en ne répondant pas toujours à ses sollicitations, en « cassant » le rituel de départ quand vous sortez de chez vous, etc… Voir notre fiche « Comment apprendre au chiot à rester seul ».

2. Lui donner des produits calmants afin qu’il soit moins anxieux et plus réceptif à la rééducation. Attention, le traitement médical, qui ne peut être prescrit que par votre vétérinaire. Les médicaments vont aider le chien à suivre la rééducation comportementale mais ils ne sont en aucun cas la solution miracle.

Cependant, il existe maintenant un nouveau produit qui permet d’apaiser et de calmer les chiens anxieux. Le DAPest un diffuseur électrique qui disperse dans l’air des « phéromones d’apaisement » identiques à celles qui sont sécrétées par la mère pendant les quelques jours qui suivent la mise-bas pour rassurer ses bébés. Ces phéromones modulent l’état émotionnel du chien et diminuent son stress, les résultats sont assez spectaculaires.

 

En ce qui concerne la sociopathie (dominance)

 

Le chien dominant se comporte comme le chef de la meute dont il fait partie. Dans le cadre familial, il en est de même.
Le chef, dans la meute, a des prérogatives pour l’accès à la nourriture, à la reproduction, à l’occupation de l’espace et veille au bien être de son entourage. Cela signifie qu’il est prioritaire dans tous ces domaines. Il peut malgré tout laisser la place à un individu de sa meute selon son bon gré.

Il est normal qu’un chien dominant veuille suivre son maître partout afin de contrôler tous ses mouvements. Il aura alors même tendance à vouloir protéger cet individu et à ne laisser personne s’en approcher. Dès lors, des accidents peuvent survenir (morsures).

Afin d’éviter qu’un chien ne devienne dominant, ce qui n’est jamais souhaitable, il convient d’établir une hiérarchie dans le groupe « famille ». Il faut donc couper cours à toutes les situations qui pourraient amener le chien à se considérer comme dominant.
Par exemple, le chien devra manger en dernier ou du moins à un autre moment, c’est à dire après ses maîtres. Il ne devra pas dormir dans un point stratégique de la maison mais dans un lieu qui lui est réservé. La cuisine semble une bonne place si elle ne constitue pas un lieu de passage.

 

Les solutions à éviter absolument

 

L’ablation des cordes vocales qui ne présentent aucun intérêt car cette opération n’a qu’une efficacité symptomatique. La cause des aboiements excessifs n’est pas traitée.

 

Conclusion

 

En tout état de cause, il faut avant tout trouver l’origine des aboiements excessifs de votre chien. Un spécialiste du comportement canin pourra vous conseiller sur le traitement adapté (médical et comportemental) car il est capable de diagnostiquer la cause de ces aboiements. S’il ne se juge pas suffisamment compétent, il pourra vous orienter vers un vétérinaire spécialisé dans le comportement animal. Plus de 80% des troubles du comportement chez le chien peuvent être améliorés, il y a donc toujours de l’espoir. Et, il faut savoir que contrairement aux idées reçues, un trouble du comportement ne va jamais en s’arrangeant avec l’âge, bien au contraire, il est donc important de considérer ce problème sérieusement et de le traiter au plus tôt.

 



Passionné dès le plus jeune âge par l’univers des chiens, Yves Duchêne a voyagé au cours des trois dernières décennies afin de trouver des réponses à ses questions en ce qui concerne le monde canin. Au cours des 15 années où il a vécu en Europe, il a développé et expérimenté la méthode qu’il nous propose. Il a d’ailleurs constaté que, bien souvent, le maître est celui qui a le plus besoin de soutien et d’encadrement.



Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *